Les couches jetables et le zéro déchet

Quand on parle de couches, on parle d’environ 40% des déchets ménagers d’un foyer. Oui, vous avez bien compris. Et je peux vous le certifier car j’ai fait l’expérience de peser mes poubelles et de comptabiliser le nombre de fois où je les sortais.

couches jetables - couches lavables - hygiène infantile naturelle - couches compostables ?

Le composteur étant l’une des premières choses à mettre en place quand on souhaite réduire ses déchets, je me suis posée la question : « existe-t-il des couches jetables compostables comme cela existe pour les serviettes hygiéniques ? »

Malheureusement il semble que ce ne soit pas encore réalisable. En effet pour qu’une matière soit considérée compostable, il y a plusieurs critères à respecter.

Il existe des couches jetables écologiques dites « biodégradables » à X pourcent mais elles ne sont pas compostables selon les normes établies. Même si j’ai été tentée de tester leur compostage, se retrouver avec des produits toxiques dans mon sol ne me faisait pas sauter de joie. Donc, bof ! De plus si bébé prend des médicaments, il est fort probable que des traces de ces médicaments restent même après le compostage maison. Ainsi, il faudrait les séparer du compost destiné au potager comme pour des toilettes à compost par exemple et avoir deux composteurs.

Bref, ma recherche s’est terminée sur : les couches jetables écologiques se décomposent environ 100 fois plus vite que les non écolos ce qui correspond à environ 4 ans au lieu des 400 ans pour les autres. Cette information vient du fabricant de couches jetables écologiques Beaming Baby donc à prendre avec des pincettes tant qu’un organisme indépendant n’a pas fait de tests rigoureux. Si vous trouvez des éléments précis par rapport à ce point n’hésitez pas à le mettre en commentaire.

Et le zéro déchet dans tout ça ? Eh bien malheureusement je n’ai pas trouvé de meilleure solution à mon problème que de choisir la moins pire.

Pour résumer, voici ce qui est possible :

  • hygiène naturelle infantile : deux de mes cousines la pratique et cela a l’air intéressant. Le principe est d’être à l’écoute des signes de l’enfant dès son plus jeune âge et d’y répondre en lui proposant de se soulager sur les toilettes, dans le pot ou autre. Cependant à moins de réussir à la pratiquer dès le début et d’avoir un environnement qui joue le jeu il semble difficile de ne jamais avoir besoin de couches. J’ai commencé avec ma deuxième fille vers ses 3 mois et demi mais nous alternons beaucoup avec des couches. Si vous avez un retour d’expérience ou que vous en avez fait l’expérience vous-même, n’hésitez pas à la partager en laissant un commentaire.
  • les couches lavables : après l’hygiène naturelle infantile, c’est probablement la solution la plus écologique et qui créé le moins de déchets ménagers. Pour ce qui est des déchets environnementaux c’est très variable. (voir la page Quelles couches choisir ?).
  • Les couches jetables écologiques : j’entends déjà ce que vous allez me dire : « Bouh ! Ce n’est pas du tout zéro déchet ! ». Et effectivement ça ne l’est pas à l’échelle du foyer. Par contre, leur impact sur l’environnement lors de leur fabrication reste moindre par rapport aux non écolos rien qu’en regardant les matières premières. Et comme je l’ai mentionné plus tôt, il semble qu’elles se décomposent plus vite que les classiques. Bien sûr dans le lot il y en a des biodégradables à 50% et d’autres à 70% donc le plus on choisi le mieux c’est pour l’environnement dans la mesure où ça convient aux fesses de bébé et à votre porte-monnaie.

    De plus, si vous avez lu la page Quelles couches choisir ? cela pourra peut-être apparaître comme une solution. Des chercheurs se penchent également sur la question afin de résoudre ce problème de déchet. Espérons que ça arrive vite ! Voyer la page suivante « Couches jetables, bonnes nouvelles »;-)

Pour ma première fille, j’ai essayé de lui remettre des couches lavables vers 18 mois lorsque j’ai compris quelle avait été mon erreur au départ mais elle les a refusées quasiment systématiquement. J’ai donc gardé la solution des couches jetables écolos. Cela représentait environ 6 kg de déchets par semaine tant que ma fille n’était pas propre le jour.

Pour ma deuxième je garde les couches lavables aussi longtemps que possible mais j’alterne très régulièrement avec des couches jetables et dès que possible je lui propose le pot ou le lavabo pour se soulager. Si vous pouviez voir sa joie lorsqu’elle réussi à faire pipi dans le lavabo, j’en suis gaga !

couches jetables-couches compostables ? - couches lavables - hygiène naturelles infantile

Au final il faut s’efforcer de faire les meilleurs choix pour l’environnement, notre enfant et nous-même qui n’avons généralement pas que ça à faire sans pour autant culpabiliser si nous n’arrivons pas à tout faire.

Laissez-moi un commentaire et votre expérience personnelle !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *