Les dangers du sable

Tout d’abord, avant que je vous explique pourquoi « Les dangers du sable », qu’est-ce que le sable ? C’est un matériau provenant de l’érosion de roches sous l’action des vents, de la pluie, de la neige. Il faut parfois attendre des milliers d’années avant que ces fines particules de roches arrivent jusqu’au littoral sous la forme que nous connaissons bien. Ce n’est pas une matière première inépuisable. Vous savez certainement que le sable est utilisé en construction pour le béton mais saviez-vous qu’il est également utilisé dans les cosmétiques, la peinture, les détergents, le plastique, etc. ?

les dangers du sable

 

Et les dangers du sable dans tout ça ?

 

  • Avez-vous déjà fait l’expérience suivante ? Sur une plage, faites un trou dans le sable auprès de l’eau. Après plusieurs passages de vagues, le trou se rebouche. Si ce n’est pas instantané, il est certain que lorsque l’on revient une semaine plus tard il n’y a plus de trou. Eh bien, c’est le même phénomène qui se produit lorsque l’on creuse les fonds marins. Le trou fini par se reboucher. Et devinez d’où vient le sable qui rebouche le trou… Des plages, c’est exact ! D’où la disparition progressive de plus de 75% d’entre elles et de plusieurs centaines d’îles parfois habitées.
  • J’ai fait ma petite recherche afin de voir combien une maison traditionnelle consommait de sable. Il s’avère que j’ai trouvé qu’une maison traditionnelle moyenne d’environ 90 m² aura besoin approximativement de 219 tonnes de béton soit près de 78 tonnes de sable. Ramené à l’échelle de la France nous arrivons à 18,6 millions de m³ de sable utilisés par an pour la construction de maison individuelle. Une source parlait même de 200 tonnes de sable pour une maison moyenne mais je n’ai pas trouvé d’éléments pouvant préciser ces dires.
  • Les plus gros consommateurs de sable restent les organismes publics.

 

  • Le sable du désert étant impropre à la construction car poli par les vents (et donc ne permettant pas la cohésion des matériaux), la majorité des 15 milliards (15 000 000 000) de tonnes de sable utilisées par an pour des constructions diverses et variées (maison, immeuble, route, etc) est extraite des fonds marins car les réserves des carrières et des rivières sont arrivées à leur fin. 15 MILLIARDS de tonnes par an !!! Soit 622 km de plage (de 3 km de large sur 5 m de profondeur) par an. Vous voyez le problème, moi cela m’a énormément surprise et j’ai poussé l’investigation plus avant.

 

  • Il y a à priori 50 000 km de littoral avec plage de sable sur Terre.

 

  • Il faut ajouter à cela que la réduction des plages et l’extraction du sable dans les fonds marins ont un impact négatif direct sur l’écosystème avec notamment la disparition de poissons et de récifs coralliens. Bien que nous puissions déjà constater quelques unes des conséquences, nous ne les connaissons pas encore toutes.

Les dangers du sable dans la construction

 

  • Ensuite, évoquons le trafic de sable réalisé notamment dans l’océan du Pacifique. Eh oui ! J’ai bien dit trafic de sable. Il existe des trafiquants spécialisés dans la récolte et le transport clandestin de sable ! Certaines zones dans le monde connaissent la « ruée vers le sable ». Ainsi, tandis que Dubaï et Singapour s’agrandissent grâce à l’extraction de sable qui sert à augmenter leur surface, des îles disparaissent de la carte. On parle même de mafia du sable en Inde. Certes, la France est encore un peu épargnée mais pour combien de temps ? Déjà près de chez moi, en Bretagne l’extraction du sable fait parfois la une des journaux locaux.

C’est clair que ça donne de quoi déprimer mais… à tout problème existe une solution !

 

Comment réduire notre impact sur l’extraction du sable ?

Eh bien, dans le domaine qui nous intéresse, le sable semble être un ingrédient indispensable pour la construction pourtant il existe des solutions pour lesquelles nous pouvons opter afin d’en limiter l’usage !

Utiliser

  • des ressources naturelles : terre, bois, paille, chanvre…
  • des matériaux recyclés : ouate de cellulose, coton (recyclage de tissus) et le granulat de verre pour les dalles de fondation. Il semble aussi qu’il y ai une étude menée pour utiliser les gravas dans la fabrication du béton !

Voici un site intéressant qui peut également répondre à vos questions et recherches pour trouver des solutions : www.lesecomatériaux.fr

Pour conclure, voici notre idée avec mon mari pour notre projet de maison : une ossature en bois avec un isolant sain (voir notre test d’isolation grandeur nature) et si possible une dalle avec des granulats de verre ou un béton issu de recyclage ! Je n’ai encore aucune idée des prix mais si cela peut sauver des vies alors nous ferons tout ce que nous pouvons même si ce n’est qu’une goutte d’eau par rapport à 15 milliards de tonnes de sable utilisées par an ! Les gouttes d’eau forment les océans et les grains de sable les plages ! 😉

Bonne réflexion !

 

Quelques liens pour mes calculs et recherches :

Le monde

Exagoneries

Le sable : enquête sur une disparition ARTE

Basta !

En Bretagne

0 Partages

titre des commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *