Trouver un terrain

Ça y est ! On se lance ! Sachant que nous ne voulons ni rénover ni auto-construire, nous devons trouver un terrain adapté à nos besoin !

Voilà environ un an et demi que nous sommes à la recherche du terrain idéal. Finalement nous avons trouvé ce qui nous correspond. Et non ce n’est pas un terrain nu. Vous allez comprendre pourquoi en lisant cette page.

Voici tous les éléments que nous avons trouvés utiles de connaître et qui j’espère pourrons vous aider dans votre projet.

Avant de commencer voici les règles à appliquer :

NE SOYEZ PAS PRESSÉS !

Et c’est encore plus vrai lorsqu’on s’attaque à un projet tel que sa future maison.
Lors de ma formation en design de maison autonome une dame m’a fortement marquée par cette règle en expliquant

qu’elle avait mis quatre ans avec son mari avant de trouver leur terrain idéal. 4 ANS ! 😱
Alors : NE SOYEZ PAS PRESSÉS !

prendre son temps pour trouver le terrain parfait pour sa maison autonome

La deuxième règle (qui en découle) :

C’EST DANS L’URGENCE QUE L’ON COMMET DES ERREURS

Il faut donc tout mettre en œuvre afin de pouvoir prendre son temps et ainsi ne pas se retrouver avec beaucoup de choses qui ne plaisent pas ou qui sont à refaire !

Et la troisième règle :

NE PAS DÉVIER DE SES IDÉAUX MAIS NE PAS NON PLUS ÊTRE TROP BORNÉ !

Pas toujours facile à appliquer.😜

« Suis-je trop tête de mule ? » comment trouver son terrain idéal

 

C’est parti !

« Première étape après ma formation en design écologique : déterminer ce qu’est pour nous le terrain idéal ! »

Les terrains il y en a partout mais LE terrain idéal…

a) LES IDÉAUX :

  1. Sa situation géographique : périmètre dans lequel on le cherche
  2. Ses caractéristiques idéales : surface, point d’eau, orientation, végétation.
  3. Le prix que l’on souhaite et peut y investir.Les critères du terrain parfait pour une maison autonome

En ce qui nous concerne nos idéaux étaient assez précis au début :

  1. Nous avions un rayon de 15 km pour le trouver !
  2. Nos souhaits se sont affinés avec le temps : * un terrain d’environ 1000 m² mais pas moins,

    * orienté sud afin de capter un maximum de soleil et de son énergie pour chauffer la maison,

    * 1 ou 2 voisins maximum à 40 mètres minimum,

    * pas de nuisances sonores telles qu’une ligne de chemin de fer, ou une route passante,

    * pas de poteaux électriques sur notre terrain ni trop proche de notre future maison.

  3. Nous ne voulions pas dépasser les 50 000 euros.

 

b) ETUDE DU MARCHÉ

Première question : que signifie les différentes désignations de terrain : constructible, viabilisé, de loisir, etc. ?Trouver un terrain idéal pour la maison autonome

 

Un terrain constructible signifie comme son nom l’indique que l’on a le droit de construire dessus.

Un terrain viabilisé signifie que les réseaux existants (eau, électricité, téléphonie, assainissement, etc.) arrivent jusqu’au terrain. Si vous souhaitez un terrain viabilisé vérifiez quels sont les réseaux concernés.

⚠ Lorsqu’un terrain est dit constructible vérifié toujours par vous-même ou avec de l’aide (architecte, maître d’oeuvre, etc.) sur quelle zone le terrain est constructible car il arrive que l’espace disponible pour construire soit très réduit.

Rappel : Un terrain viabilisé ne nous intéresse pas pour une maison autonome.

En regardant les annonces sur internet nous n’avons rien trouvé qui corresponde à nos recherches et surtout à un prix raisonnable.

Un terrain non-constructible (agricole, de loisir, etc.) ?

Comme son nom l’indique, un terrain non-constructible signifie que l’on n’a pas le droit de construire dessus.

Peut-on construire sur un terrain non constructible

L’un des facteurs qui peut faire qu’un terrain soit non-constructible est la distance avec le bourg. Installer les réseaux coûte cher aux communes. C’est pourquoi les terrains raccordés sont généralement proches du bourg. Et les terrains éloignés sont peu susceptibles de devenir constructibles.
Après de longues recherches infructueuses et déprimantes nous avons contacté notre commune. Le réceptionniste nous a alors conseillé de consulter le PLU (Plan Local d’Urbanisme), de monter un dossier puis de prendre rendez-vous avec le maire. Ce que nous fîmes. Lors du rendez-vous nous apprîmes qu’à l’heure actuelle le maire n’a plus beaucoup de pouvoir pour modifier le PLU. Le projet d’une maison autonome n’est pas suffisamment important pour qu’il le défende becs et ongles en y passant de nombreuses heures auprès des personnes adéquates.

Le PLU étant révisé environ tous les dix ans cela ne nous intéressait pas d’attendre.

Donc d’après les PLU des villes qui nous intéressaient il était quasiment impossible de trouver un terrain constructible bien situé à un prix nous permettant ensuite de faire construire.

Solution :

démolir une ruine et construire sa maison sur les anciennes fondationsAlors, le maire nous a conseillé de chercher une ruine sur une terre dite aujourd’hui non-constructible telle qu’une habitation en terre agricole. Nous pourrions la raser afin de construire notre maison sur les fondations déjà existantes.

Par ailleurs, il nous a expliqué que selon les communes l’agrandissement de surface habitable sur un terrain non constructible pouvait aller jusqu’à 50% de la surface déjà présente.
Vous trouverez ce pourcentage indiqué dans le PLU de la commune qui vous intéresse.

Par contre il faut que la ruine soit bien enregistrée au cadastre comme habitation et non hangar ou grange.

c) Nouveaux idéaux pour trouver un terrain :

Les critères du terrain parfait pour une maison autonomeDonc, nous nous sommes orientés vers la recherche d’une ruine en modifiant et ajoutant quelques critères :

1- Nous avons gardé une zone géographie très limitée. Nous l’avons même réduite à un rayon de 10 km. Ouaip ! Ce n’était pas assez difficile de trouver le terrain idéal;-)
2-* Après plusieurs visites 1500 m² nous est apparu comme le minimum à avoir ;

* Ruine orientée sud (à 30° près)
* Espace de vie extérieur disponible au sud de la ruine
* Ruine en état suffisamment mauvais pour pouvoir la détruire facilement.

3- Une ruine avec un tel terrain vaudrait au minimum 150 000 euros dans le secteur voulu. Notre première estimation était vraiment en-dessous de la réalité !😱 Nous avons donc revu notre budget à la hausse car il était évident que nous ne trouverions jamais un tel bien dans le secteur géographique souhaité au prix que nous nous étions fixé au départ.

d) Nouvelle recherche

Enfin, nous avons visité plusieurs ruines. Nos sources étaient nous-mêmes (bouche à oreille, observation), leboncoin, les notaires et agents immobiliers de notre secteur. Le porte à porte est aussi une très bonne façon de trouver le bien idéal. 
Nous nous sommes aperçus que le bien que nous recherchions – ruine avec grand terrain dans notre secteur géographique – était très prisé et rare. Nous avons alors modifié légèrement notre recherche en cherchant du côté des fermes et longères et non plus seulement des ruines.

Les prix s’envolant vite et après avoir trouvé un bien qui nous intéressait nous sommes allés voir notre banquier avec un dossier bien monté afin de déterminer quel montant il serait prêt à nous financer rénovations inclues.

Nous avons la chance d’avoir un banquier intelligent. Comme dit mon mari : « il réfléchit, il ne fait pas que remplir des cases. »

Donc : n’hésitez pas à en consulter plusieurs ! Voire beaucoup ! (pour notre premier achat immobilier mon mari en a consulté plus d’une dizaine)

Ayant maintenant le montant que nous pouvons emprunter en tête nous avons fait une proposition.

e) La proposition

Nota bene : si l’assainissement ou l’électricité ou encore la toiture sont à refaire alors ils peuvent entrer dans les arguments de négociation.
Par contre l’installation de panneaux solaires ou un agrandissement pour faire un garage ne sont pas du fait du propriétaire et lui demander de baisser son prix pour ces raisons ne serait pas acceptable si le prix qu’il demande est celui du marché.

Il ne faut pas hésiter à avoir du culot mais il faut également tenir compte des circonstances. Et garder en tête que NOUS NE SOMMES PAS PRESSéS et que si ça ne se fait pas avec ce bien c’est que ce n’était pas le bon.

J’espère que ces éléments vous aiderons.

N’hésitez pas à partager vos projets et recherches !

0 Partages