Quelles couches choisir ?

Comme il y a plein de choses à dire sur les couches, j’ai fais plusieurs articles. Celui-ci va tenter de répondre à la question ; Quelles couches choisir ? Sans rentrer dans le détail de chacune des couches. Pour plus d’information il vous faudra lire les autres articles. Je me suis arrêté à 4 articles sur ce sujet mais il pourrait y en avoir plus !

Donc quelles couches choisir ? Question plus ou moins difficile selon les parents. Moi, j’adore ! J’y ai passé des heures pour ma première fille et encore des heures pour la deuxième ! (pendant mes nuits d’insomnie au cours des grossesses) 😉 Certains ne se prennent pas autant la tête et achètent les classiques reconnues par tous car ils font confiance aux professionnels du domaine. Il faut être un petit peu dérangé pour se poser autant de questions que je m’en suis posées mais finalement ça en valait la peine et je me suis bien amusée.

Avec l’esprit écolo, j’ai testé les couches lavables avec ma première fille. Mais finalement, après ses 4 mois j’ai abandonné et je suis passée aux couches jetables à 98% et 2% lavables. Voyez l’article sur les couches lavables où j’explique ce que j’ai découvert à ce sujet.

Les couches lavables sont-elles plus écologiques que les couches jetables ?

Avec ma deuxième fille j’ai voulu recommencer le test des couches lavables mais en étant mieux préparée cette fois ! C’était sans compter sur le travail que me demande la première ni les habitudes prises avec elle. Eh oui, c’est tellement plus facile de jeter la couche à la poubelle que de séparer les éléments (voile pour les toilettes, culotte de protection à laver entre 30 et 40°C et couche à laver à 60°C ou plus). Et je ne vous parle pas des fuites que ce soit avec des couches jetables ou des lavables. La machine à laver n’a jamais tant tourné donc pas vraiment écolo non plus ! Du coup, je me suis à nouveau penchée sur la question des couches 😉

Alors, quelles couches choisir ?

Tout d’abord différencions les catégories de couches. Il y a :

  • Les couches jetables classiques,
  • les couches jetables dites « écologiques » et
  • les couches lavables et langes.

Lorsque je me suis intéressée au sujet des couches, j’avais déjà entendu parlé des grandes quantités de produits chimiques dans les couches jetables classiques, donc je n’étais pas très encline à en acheter. De plus, l’une des problématiques majeures dans le traitement des déchets est la gestion des couches jetables et des lingettes. Héhé ! Donc mon petit côté écolo de l’époque a fait surface et j’ai décidé d’éviter au maximum toutes les couches jetables, écologiques ou pas, et de ne jamais acheter de lingettes.couches jetables ou couches lavables

C’était donc parti pour un achat de couches lavables.

Finalement, après quelques galères avec les couches lavables je suis revenue sur ma décision et je me suis tournée vers les jetables. Mais là encore, quelles couches jetables écologiques choisir ?

Depuis la naissance de ma seconde fille j’ai étudié à nouveau le sujet avec un point de vue différent puisque je suis dans la démarche zéro déchet. Et c’est là qu’il faut bien réfléchir aux raisons pour lesquelles nous suivons cette démarche sans s’en rendre marteau pour autant. Une étude britannique très approfondie fut menée en 2001-2002 et publiée en 2005. Elle fut remise à jour en 2008. Elle démontra que l’emploi de couches lavables ou jetables pouvaient avoir un impact environnemental très similaire.

« Comment ? Ce n’est pas possible ! » Ce fut aussi ma première réflexion avant de me lancer dans la lecture de ses 203 pages en anglais.

C’est une étude indépendante et très très très très poussée. Ils ont pensé à tout !

Voyez les textes en PDF :

Et ici le lien vers le site. (l’article se trouve dans les « publications »)

Si vous êtes intéressés que je fasse un article plus détaillé à ce sujet dites-le-moi dans les commentaires.

Les facteurs déterminants :

Quoiqu’il en soit, l’impact environnemental des différents types de couche dépend de plusieurs facteurs. Ici, je parle donc de déchet à une plus grande échelle que juste ceux du foyer. Avec ma démarche zéro déchet, je cherche à réduire mon impact négatif sur l’environnement.

L’étude britannique a démontré que l’emploi de couches jetables ou lavables pour un enfant jusqu’à ses deux ans et demi (ce qui est une moyenne de propreté en journée pour les enfants) représente le même impact environnemental qu’un trajet en voiture de 2092 à 3541 km soit le trajet de Dunkerque à Perpignan aller-retour. Mon mari parcourt cette distance 30 fois en une année !

J’ai retenu trois facteurs ayant un impact environnemental pour cet articles :

1- la fabrication des matières premières et leur transformation

2- l’entretien

3- et la fin de vie du produit.

Voyons chacun de ces points :

1- la fabrication des matières premières et leur transformation

Voici quelques éléments qui doivent être pris en compte :

  • La quantité utilisées et donc devant être fabriquées : plus de 4000 jetables contre environ 20 lavables soit 200 fois plus de jetables.
  • Les matières premières utilisées : à l’époque il n’est pas question de couches jetables écologiques et donc avec des matières premières ayant un impact négatif réduit. Pour ce qui est des couches lavables, ils se sont basés sur des couches fabriquées principalement avec du coton (très gourmand en eau). Aujourd’hui il existe d’autres matières possibles pour les couches lavables telle que le bambou.
  • Il est également question du transport des matières premières : carburant nécessaire et émission de celui-ci.

2- l’entretien

L’entretien des couches lavables et l’impact environnemental dépend beaucoup du foyer. En effet, quelle type de lessive utilisez-vous ? Quelle est la consommation en eau et électricité de votre machine à laver ? Utilisez-vous systématiquement le sèche linge pour sécher les couches ? Faites-vous tourner la machine à moitié pleine ? Êtes-vous autonome en électricité et en eau ? Ou utilisez-vous une électricité fabriquée avec une énergie renouvelable ? Si vous êtes autonome en eau, d’où est-elle tirée ?(voyez la section maison autonome de ce blog).

Vous comprenez que l’impact environnemental des couches lavables est donc assez difficile à mesurer car chaque foyer est différent. Mais bien entendu, si le foyer est autonome en eau et électricité il est très probable que les couches lavables soient l’option la plus zéro déchet à l’échelle du foyer mais également environnementale.

Dans tous les cas l’impact de l’entretien des couches lavables n’est pas neutre et est à prendre en compte dans votre réflexion.

Naturellement les couches jetables ont un entretien de 0 car vous les jetez et c’est là la grosse différence.

3- La fin de vie du produit.

Les couches jetables sont une grosse problématique dans la gestion des déchets. Elles peuvent représenter plus de 40% des déchets d’un foyer moyen avec un enfant entre zéro et deux ans et demi.

Des couches ayant un pourcentage de biodégradabilité voient le jour et des recherches sont même menées afin d’en trouver des compostables.

Les couches lavables étant en tissu sont biodégradables mais je n’ai pas encore investigué ce point. Dites-moi dans les commentaires si cela vous intéresse d’en savoir plus.

Voici un tableau synthétique qui résume les éléments que j’ai trouvé au fil de mes recherches :

Couches jetables vs couches jetables écolo vs couches lavables

Conclusion

J’en reviens donc à ma première question : quelles couches choisir ?

La mieux placée semble donc être la couche lavable à condition que « l’entretien » soit peu impactant sur l’environnement, c’est également la moins à risque pour les fesses de bébé si elle est bien entretenue et la plus proche du zéro déchet à la maison.

Pourtant, j’ai opté pour les couches jetables écologiques à 80% et lavables à 20%.

En effet, mon expérience me montre que :

  • je fais BEAUCOUP plus de lessives avec les couches lavables car j’ai très régulièrement des fuites et même si je n’utilise pas de sèche linge, ma machine à laver n’est pas non plus A++++++ sans parler du fait que je n’ai pas encore opté pour un fournisseur d’électricité renouvelable et donc je crée indirectement des déchets nucléaires pour laver mes couches.
  • Pour les fesses de bébé, mes filles ont toujours eu plus de marques dues aux élastiques des couches lavables. Les couches jetables écologiques bien choisies ne leur ont jamais fait de marques ni de réaction à l’élastique. Par contre, avec les couches jetables classiques, c’est « rougeurs assurées » !

Je pense que la réponse dépend donc de chacun en fonction de ce que l’on vise en priorité et de l’environnement dans lequel on vit.

Depuis quelques semaines je teste l’hygiène naturelle infantile avec ma deuxième fille. C’est vraiment très intéressant et cela m’amène à avoir un point de vue encore plus divergeant de celui que la société actuelle pousse. J’étais déjà un peu bizarre mais là c’est irrattrapable ! 😉

Et vous, qu’avez-vous choisi ? Partagez vos expériences, cela pourra aider les autres lecteurs.

 

Voyez aussi :

Les couches bébé à usage unique

60 millions de consommateurs : magasine n° 523, janvier 2017 (à acheter sur le site de 60 millions de consommateurs)

0 Partages

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *